Archives de Catégorie: Ecologie

Le Méli-Mélo, compost d’appartement rapide, simple et peu onéreux

Je vous conseille un très bon livre sur les différents types de compostage :

« Le petit livre du compost » d’Allan Shepherd, édition Larousse.

Les techniques expliquées se déclinent selon le temps que l’on a, le lieu ou l’on habite et nos habitudes.

Pour exemple, le livre évoque un compostage rapide pour les citadins qui ont assez peu de place et assez peu de déjections : le Méli-Mélo.

Le principe est de développer les bactéries, champignons, etc dans votre petit compost en leur faisant déguster vos déchets végétaux de table.

Je ne l’ai pas personnellement testé, donc si vous en fait un, n’hésitez pas à donner votre avis.

Matériel :
Un sac en plastique de taille moyenne étanche (sans trous) et un lien plastifié. Un compost donc peu onéreux et que l’on peut ranger ou l’on veut : placard à balais, à côté de la poubelle, dans un coin de terrasse, …

Ingrédients de départ :
Une poignée de terre (pour les micro-organismes, donc bannir le terreau stérilisé).
Une cuillère à soupe de granulés d’alfalfa à 100% (nourriture pour lapins/hamsters en animalerie ou sur internet).
Un verre d’eau (pas compliqué à trouver !).
Des épluchures de légumes.
Marc de café et feuilles de thé (si vous avez).

Préparation :
Hachez finement vos déchets végétaux et mettez-les dans le sac.
Ajoutez la poignée de terre.
Versez l’eau.
Ajoutez les granulés d’alfalfa. D’après le bouquin, ils sont riches en azote et activent le processus de compostage.
Bien agitez le sac en plastique.

Suivi :
Retournez-le tous les jours pour bien mélanger.
Tous les 2 jours : laissez ouvert pour faire entrer l’air.
Le livre conseil en cas de mauvaises odeurs de rajouter un peu de carton pour absorber le trop-plein d’eau (s’il y en a trop), ou de brasser un peu.

Récolte du compost :
Dans 4 à 6 semaines.

Utilisation :
A répartir sur les plantes en pot en tant qu’apport fertile.
S’il reste des déchets fibreux non décomposés, vous pouvez les récupérer et les ajouter au prochain sac de compost.

Ninja Eco Team

Publicités

Composteur à cloporte ?

L’article sur le forum d’Alex concernant ses essais avec un composteur fait-maison, pas cher, incluant vers et cloportes !
Ninja-Alter-Consumer : vermicomposteur d’Alex

— Ninja Eco Team —

 

Récolte et avancées

Un nouvel échange de bac ce matin pour le composteur. J’y avais mis il y a quelques mois de nombreuses branches de verveine venues de chez mon père. Je les ai mises sans vraiment les découper pour voir si elles allaient être digérées en partie, même avec de gros morceaux.

Le résultat :

Les restes de branchages dans le composteur

Quelques restes de branches dans le vermi-composteur

Étonnamment, le plus gros des branches a disparu, sans doute digérées par les bactéries et champignons, aidés par les vers. Nous avons donc obtenu deux saladiers d’excellent compost contenant légumes et branchages (vert et brun) en bonne proportion.  L’un des saladiers m’a servi à remplacer de la vieille terre de jardinières. Concernant l’autre saladier, je le garde pour des ami(e)s qui en auraient besoin. J’ai finalement découpé le reste des branches pour les ré-incorporer dans le compost.

Autre test, j’ai mis il y a quelques jours le contenu d’un sac aspirateur dans l’un des bacs. Nous verrons dans quelques semaines si le contenu est digéré. Cependant, je ne préconise pas de le faire, surtout en appartement car le sac de l’aspirateur contient beaucoup de choses polluantes : bouts de plastiques, mégots, etc. Donc, sans doute à faire à la campagne,  dans une maison non fumeur !

Voilà pour le moment ^^.

– La Ninja Eco Team –

Vermi-composteur, des bestioles à choyer

Retour des nouvelles sur notre vermi-composteur.

Anciens posts :

Le début
Les avancées

Compost frais issu du vermi-composteur

Des bons tortillons de compost

Qu’elles sont les avancées cette fois-ci ?

– Humidité

L’un de mes soucis (qui s’est arrangé) a été le taux d’humidité du composteur. En effet, trop d’humidité effraie les vers et attire les mouches. Pour m’en séparer, j’ai donc rajouté plus de cartons/papiers par rapport aux légumes qui rejettent énormément d’eau.

De plus, j’ai remplacé le tapis d’humidité décédé il y a quelques mois par du papier que je n’ai pas découpé. La couche de papier a donc gêné la vie des moucherons en plus de réguler l’humidité.

Concernant le jus, j’ai mis un récipient directement sous le robinet continuellement ouvert. Ainsi les vers ne se noient plus s’ils leur prends l’envie d’aller faire un tour dans le bac de récupération d’eau.

Jus de vers récupérés dans un recipient

Le récipient recueil le jus de vers, composteur ouvert

– Nourriture additionnelle

Il se trouve qu’avec le composteur Can-o-Worms, on reçoit des granules à donner aux vers toutes les semaines. Il y a deux sortes de granules : des booster de vers, et des régulateurs d’humidité. Finalement j’en utilise assez peu, surtout les booster. Pour les granules de régulation d’eau, je pourrais en mettre mais avec le papier, je n’ai pas de problème.

– Déchets qui restent

Comme vous pouvez le voir, il reste peu de déchets entiers dans le compost. En fait ce qu’il reste continuellement chez nous ce sont les pelures de pommes de terre. Les vers mangent toute la chair mais laissent la peau. C’est pas très grave. Elles peuvent rentrer dans le compost, ou on peut les jeter à la fin.

– Aspect extérieur

Le composteur ne sent toujours pas, il est dans notre salon et tout le monde le prends pour un meuble puisqu’il est assez esthétique de base et que nous avons rajouté des autocollants partout dessus ^^. C’est toujours un plaisir de l’ouvrir et de sentir la fine odeur d’humus.

– Transvasement

Lorsque j’échange les bacs, je mets un peu de papier journal sur le sol, je pose les bacs du dessus par terre. Puis le bac du dessous à côté. Il ne reste plus qu’à les mettre en ordre !

Bac à compost près à être échangé

Bac du haut à terre qui va passer en dessous

Au passage j’ai récupéré du beau compost pleins de tortillons et j’ai pu rempoté une de mes plantes un peu étriquée dans son ancien pot :

Le vermi-composteur permet de rempoter les plantes d'appartement

Dans un appartement, le vermi-composteur permet de nourrir toutes les plantes

A la prochaine pour les futures nouvelles ! ^^

– Ninja Eco Team –

Le vermi-composteur, la suite !

La suite de : https://ninjaecoteam.wordpress.com/2010/05/14/le-vermi-compostage-dappartement/

Cela va faire bientôt 6 mois que nous avons le composteur à vers. Depuis le dernier article nous avons bien avancé :

Les événements des derniers mois :

– Le tapis d’humidité est mort :

Il commençait à se désagréger sérieusement : j’ai arrêté de mettre les déchets en dessous, il s’est donc incorporé dans le compost. Par la suite je pourrais le remplacer par un bout de tissu. Affaire à suivre donc. Maintenant je fais plus attention aux moucherons et autres bestioles qui pourraient se développer.

– Si les vers migrent vers le bac de récupération de jus :

Sans doute que les bacs étaient trop humides car les vers se sont enfuis là où ils pouvaient, ie en bas. J’ai ainsi rajouté du carton et du papier. Ce qui a tout réglé ce fut l’échange des bacs. Peut-être que des bestioles se développaient dans le bac supérieur et sont mortes au changement ? En tout cas j’ai récupéré les vers fugueurs et les ai remis dans le bac supérieur. Depuis les déchets ne sont plus si humides.

– Naissance :

Nous avons des centaines de vers minuscules qui se baladent partout depuis deux semaines. D’après ce que je sais, ils naissent de la bague qu’ont les vers au bout de leur corps. Ces bébés vont renouveler le stock de vers.

Il existe des bourses d’échange de vers : Bourse

– Récupération du compost :

J’ai tout simplement échangé les deux bacs. Le nouveau bac supérieur était ainsi rempli de compost et de quelques débris : peau d’avocat que je n’avais pas découpé, quelques coquilles de cacahuètes qu’un plaisantin avait mis dans le bac (hum ^^), etc.

Après un simple tri on peut récupérer le compost. Quelques jours avant, je m’étais procuré des plants de plantes aromatiques. J’ai ainsi mis ces plantes dans des pots plus grands dans lesquels j’ai rajouté un peu de compost. En ce qui concerne les vielles plantes en pot, j’ai effectué un surfaçage : j’ai enlevé le haut de la terre sur quelques centimètres et je l’ai remplacé par du compost. La terre récupérée a été ajoutée dans le vermi-composteur. Depuis mes plantes vont très bien. Je les arrose parfois avec le jus de vers dilué. Les plants ont bien grandi et un de nos pieds de tomate a des petites tomates vertes.

petites tomates sur notre jardinière

Des tomates sur son balcon

N’hésitez pas à nous demander si vous avez des questions.

Mathilde,

La Ninja Eco Team (NET)