Archives de Tag: lombri-composteur

Récolte et avancées

Un nouvel échange de bac ce matin pour le composteur. J’y avais mis il y a quelques mois de nombreuses branches de verveine venues de chez mon père. Je les ai mises sans vraiment les découper pour voir si elles allaient être digérées en partie, même avec de gros morceaux.

Le résultat :

Les restes de branchages dans le composteur

Quelques restes de branches dans le vermi-composteur

Étonnamment, le plus gros des branches a disparu, sans doute digérées par les bactéries et champignons, aidés par les vers. Nous avons donc obtenu deux saladiers d’excellent compost contenant légumes et branchages (vert et brun) en bonne proportion.  L’un des saladiers m’a servi à remplacer de la vieille terre de jardinières. Concernant l’autre saladier, je le garde pour des ami(e)s qui en auraient besoin. J’ai finalement découpé le reste des branches pour les ré-incorporer dans le compost.

Autre test, j’ai mis il y a quelques jours le contenu d’un sac aspirateur dans l’un des bacs. Nous verrons dans quelques semaines si le contenu est digéré. Cependant, je ne préconise pas de le faire, surtout en appartement car le sac de l’aspirateur contient beaucoup de choses polluantes : bouts de plastiques, mégots, etc. Donc, sans doute à faire à la campagne,  dans une maison non fumeur !

Voilà pour le moment ^^.

– La Ninja Eco Team –

Publicités

Le vermi-compostage d’appartement

Depuis 2 ou 3 mois nous avons accueilli un vermi-composteur dans notre appartement de centre-ville.

lombricomposteur, composteur d'appartement, vermi-composteur

Le vermi-composteur

« Qu’est-ce que c’est » me direz vous.

C’est une technique naturelle et sans odeur pour composter ses déchets dans une habitation sans jardin. Le but est de nourrir une petite colonie de vers (des eisenia foetida ‘ver du fumier’ et eisenia endreï ‘ver de Californie’) avec tous vos déchets verts : légumes crus/cuits, avec vos cartons et tous ce que les bestioles pourront ingurgiter.

Le résultat :

  • Depuis que l’on a adopté ces vers, nous avons diminué de beaucoup le poids de nos déchets dans la poubelle traditionnelle.
  • Le vermi-composteur ne sent rien. Quand on l’ouvre on sent une légère odeur d’humus qui donne envie d’aller se promener en forêt.
  • Nous avons récupéré du compost la semaine dernière que l’on a incorporé dans nos nouvelles jardinières. De même, nous pouvons rempoter les vieilles plantes.
  • Chaque semaine depuis 1 mois, nous récupérons par le robinet en bas du composteur un liquide odorant qui – dilué dans 10 volumes d’eau – est un engrais naturel (bio si vos déchets l’étaient) et efficace pour les plantes.
  • Ca fait rire les potes de voir une petite famille de vers de terre avec leurs bébés en plein milieu d’un salon. ^^

Comment cela se présente-il ?

Il y a deux techniques : soit on le construit, soit on l’achète prêt à l’emploi. Dans notre cas nous l’avons acheté mais si vous avez l’occasion de le faire, il y a de nombreux sites internet qui expliquent comment les construire :

Worgamic

Eco-citoyen-vermicompostage.html

Econo-ecolo.org

Nous avons acheté le Can-O-Worms ici :

Jardins-animes.com
vermi-composteur, lombricomposteur, can-o-worms

Un bac inférieur reçoit l’engrais liquide que l’on récupère grâce au robinet. Les bacs supérieurs reçoivent les déchets et tournerons à mesure que l’on vide le bac à déchets le plus bas. Pour démarrer le processus, nous avons reçu une brique de fibres de coco à mouiller et répartir dans le fond du premier bac, ainsi que 500 vers et un peu de nourriture pour les booster. Nous avons reçu également un tapis d’humidité que l’on doit mettre sur le haut des déchets, dans le bac le plus haut.

Ce que l’on peut donner à manger aux vers :

OUI : épluchures de légumes, légumes cuits, cartons (un peu humidifiés si vous en mettez beaucoup d’un coup) et papier journal, sachet de thé, marc de café, essuie-tout non huileux, cheveux, rognures d’ongles. Les coquilles d’œufs broyées aident à la digestion des vers.

MOYEN : si vous habitez en ville les sacs d’aspirateur entiers et déchirés (qui seront mangés mais qui ne se transformerons pas vraiment en compost) peuvent contenir des produits toxiques liés à la ville. C’est plus sûr d’en mettre dans le vermi-composteur si vous habitez en campagne. La litière animale est à éviter, sauf concernant la sciure de bois.

NON : viandes, poissons, coquilles dures, pâtes, riz, fruits. Les vers détestent les oignons et poireaux.

Les vers aiment avoir plusieurs sortes de nourriture. Évitez de remplir le composteur de tonte de gazon ou de carton uniquement par exemple.

Concernant l’encre des cartons et journaux, il faut savoir que la plupart des pigments utilisés à l’heure actuelle sont naturels. Cependant, le papier contient aussi certains éléments chimiques dans le solvant/polymère et dans les additifs – pas très biologique tout ça ! Libre à vous de choisir de mettre ou pas les papiers avec un peu d’encre. Dans tous les cas, évitez les papiers et cartons plastifiés.

Composteur, vermi-composteur, déchets

Les déchets dans le vermi-composteur

Comment cela s’est il passé chez nous ?

Au bout d’un mois, j’ai rajouté notre deuxième bac sur le premier. Les vers sont restés pour la plupart dans le bac à déchets le plus bas. Ils sont à l’heure actuelle encore en train de fignoler le compost du bas.

La semaine dernière j’ai fait deux jardinières et un pot de plantes aromatiques que j’ai mis sur mon balcon. Pour l’occasion, j’ai donc utilisé un peu de compost du bac du bas que j’ai mis au fond des jardinières, au dessus de boules d’argile expansée. Les plantes ont l’air très en forme, je dirais qu’elles apprécient la nourriture du coin ! Je vais par la suite changer la terre en surface de mes vieilles plantes en pot. Elles retrouverons alors de la terre beaucoup plus riche.

Comme je le disais dans les résultats, chaque semaine nous récoltons un fond de verre de jus odorant que je mélange avec de l’eau. Je remplis le verre sans trop compter mais les sites spécialisés parlent de 1 volume pour 10 d’eau. Ce jus obtenu est en fait un engrais très efficace. Pour l’instant mes plantes ont l’air d’aimer.

Je crois que ce qui marque le plus les gens qui viennent dans l’appartement c’est l’absence d’odeur du vermi-composteur, et son esthétisme. Nous l’avons mis dans un coin du salon, à coté d’une table, et personne ne se doute en rentrant que c’est en fait un composteur ! De plus, lorsque vous soulevez le couvercle de la bête vous pouvez sentir une fine odeur d’humus. Odeur très agréable qui s’estompe immédiatement après avoir fermé le couvercle.

Depuis quelques semaines, il y a une nouvelle génération de petits vers ! Ça va renouveler l’élevage ^^.

Les vers du vermi-composteur

Les vers du lombri-composteur

Pour les détails techniques, au bout de deux mois de compostage, notre tapis d’humidité était en train de se désagréger complétement. J’ai donc arrêté de l’utiliser en posant les déchets par dessus. Pour l’instant mon composteur n’a pas l’air détraqué.

Mon avis :

Nous sommes donc au 3ème mois de compostage à la maison ! Je conseille à tout le monde de s’intéresser à cette technique, où à celle plus conventionnelle du composteur pour ceux qui ont des jardins. Si vous avez des questions ou des ajouts, n’hésitez pas à nous mettre des commentaires. Nous tâcherons d’y répondre.

Compostage, jardinieres

Les jardinieres ayant reçue du compost

Si vous habitez près de Bordeaux, l’association Les jardins d’aujourd’hui et le Conseil Général de la Gironde proposent des journées de formation au compostage et vermi-compostage. La formation est gratuite et dure 1 journée. On apprends beaucoup en s’amusant dans le jardin botanique de Bordeaux rive droite :

Formation-de-guides-composteurs

Mathilde